L’association Réseau Normalisation et Francophonie (RNF) a publié en décembre son rapport 2016-2017. L’occasion de revenir sur les activités de cette association à but non lucratif fondée conjointement en 2014 par AFNOR, le Bureau de normalisation du Québec, le Conseil canadien des normes et l’Organisation internationale de la Francophonie, et qui compte aujourd’hui 82 membres répartis dans 27 pays.

Le RNF a pour mission de contribuer à renforcer la capacité des acteurs de la francophonie pour qu’ils puissent utiliser les normes volontaires comme outils de développement économique durable. Ses activités consistent notamment à :

  • Faciliter la mise en réseau des parties prenantes de la normalisation dans l’espace francophone ;
  • Mener des actions pour accroitre la participation et l’influence francophones dans les activités de normalisation internationale ;
  • Promouvoir l’usage des normes au sein de la francophonie économique.

La période 2016-2017 a vu la concrétisation d’une action phare du RNF, le projet « Femmes, jeunes et normalisation », qui vise à établir des guichets offrant aux entrepreneuses et aux jeunes entrepreneurs des campagnes de sensibilisation, des formations et des activités d’accompagnement autour des normes et de la gestion de la qualité. Quatre cellules nationales ont été créées à ce jour, au Burkina Faso, au Cameroun, au Sénégal et à Madagascar.

En ce qui concerne la participation des pays francophones dans les travaux de l’ISO, le RNF s’est engagé pour mobiliser ses membres sur des sujets stratégiques pour eux, notamment :

  • Les travaux sur le Guide d’utilisation de la norme ISO 26000 pour le secteur de l’agroalimentaire : les votes des pays francophones ont permis à ce nouveau sujet d’être approuvé ;
  • Les travaux sur les systèmes d’assainissement autonomes durables (dit « Toilettes nouvelle génération ») qui ont lieu dans le cadre de l’ISO/PC 305 : créé à l’initiative des Etats-Unis, en partenariat avec le Sénégal, ce comité de projet est celui qui compte le plus de pays africains parmi ses membres, après l’ISO/TC 34 sur les aliments.

Enfin, le RNF a cultivé sa visibilité en participant à de nombreux évènements de haut niveau, notamment le Sommet de la Francophonie, l’Assemblée générale de l’ISO et celle de l’ORAN (Organisation africaine de normalisation).

 

Pour en savoir plus sur le rapport 2016/2017 du RNF, contacter kevin.schaal@acanor.org